Réforme de la justice : passer des bonnes intentions aux actes – Le Monde

Meilleur Avocat
Vous cherchez un avocat

Consulter
le journal
Le parc nucléaire français regagne en puissance et éloigne le spectre des coupures d’électricité
Microsoft prêt à investir jusqu’à 10 milliards de dollars dans OpenAI, spécialiste de l’intelligence artificielle « générative »
Forum de Davos : « Avec la fin du mois qui s’impose à la fin du monde, l’urgent a chassé l’important »
Retraites : « La réforme est courageuse et va être difficile »
Comment des appareils de surveillance de Frontex sont utilisés par les garde-côtes libyens pour intercepter des migrants
Brésil : les images de l’insurrection pro-Bolsonaro
« La situation est choquante » : regain du Covid-19 en Chine
Le résumé vidéo de 2022 en sept minutes
Retraites : l’irréductible fracture
Immigration : le mythe de « l’appel d’air »
« Nétanyahou, Bolsonaro et Trump partagent ceci : ils n’aiment pas les juges indépendants »
Retraites : « La réforme est courageuse et va être difficile »
« Natural Light » : Dénes Nagy filme un soldat hongrois face aux atrocités de la seconde guerre mondiale
« Le Vingtième Siècle », d’Aurélien Bellanger : le feuilleton littéraire de Tiphaine Samoyault
« Derniers jours à Shibati », sur France 2 : chronique d’un quartier dont la disparition est programmée
Le guitariste Jeff Beck est mort à 78 ans
« Bibi’s Kitchen », les petits plats des mamies africaines
A Troyes, le charme exaltant du Moyen Age
Nouvelle année, nouvelle déco ?
Addictions : l’essor des groupes de parole anonymes
Services Le Monde
Services partenaires
Service Codes Promo
Suppléments partenaires
Le Monde
Ancien avocat pénaliste, le garde des sceaux, Eric Dupond-Moretti, a pris la mesure du mal à traiter avec les soixante mesures qu’il a présentées jeudi. Menacé d’être renvoyé devant la Cour de justice de la République en raison d’un potentiel conflit d’intérêts, il n’est pas le mieux placé pour le faire.
Publié le 06 janvier 2023 à 10h38 Temps de Lecture 2 min.
Dans la longue litanie des services publics en crise, la justice n’est pas la moins atteinte. Depuis des années, elle souffre de maux chroniques qui ont fini par entamer son crédit auprès des justiciables : manque de moyens, lenteur des procédures, bras de fer incessant avec la police, prompte à dénoncer le laxisme supposé des juges, ont plongé l’institution dans une crise existentielle profonde qui, par ricochet, fragilise le fonctionnement de la démocratie.
Ancien avocat pénaliste, le garde des sceaux, Eric Dupond-Moretti, a manifestement pris la mesure du mal à traiter. Le plan qu’il a rendu public, jeudi 5 janvier, comporte pas moins de soixante mesures et n’élude aucun des aspects du problème : de la formation des magistrats au fonctionnement de la justice civile et pénale en passant par le traitement de la surpopulation carcérale, il prétend s’attaquer à tout ce qui a contribué ces dernières années à entamer le lien de confiance.
L’aspect le plus spectaculaire est d’ordre budgétaire. Après trois décennies de disette, le budget de la justice, sanctuarisé par une loi d’orientation et de programmation, est installé sur une pente nettement ascendante. D’ici à la fin du quinquennat, 7,5 milliards d’euros supplémentaires seront alloués pour parachever la construction de 15 000 places de prison, rénover des palais de justice, revaloriser les rémunérations et créer 10 000 emplois supplémentaires. La rupture budgétaire, entamée il y a déjà trois ans, s’accompagne désormais d’une volonté affirmée de conclure un accord-cadre avec les syndicats sur la qualité de vie au travail.
Sur le plan organisationnel, les annonces ne manquent pas non plus d’ambition. L’obsession de réduire les délais conduit le ministre de la justice à proposer de modifier en profondeur le contentieux civil en développant massivement la médiation. Cette approche, peu développée en France, va obliger les juges à reconsidérer en partie la façon dont ils exercent leur charge. Parallèlement, le code de procédure pénale devrait être simplifié et aménagé, au risque de soulever de légitimes inquiétudes chez les défenseurs des libertés publiques.
Deux propositions sont particulièrement surveillées : la simplification du cadre des enquêtes préliminaire et de flagrance, et l’extension des perquisitions de nuit aux crimes de droit commun. Pour désamorcer les critiques, la chancellerie a prudemment choisi de placer ces modifications sous le double contrôle d’un comité scientifique associant des professionnels du droit et d’un comité parlementaire issu des deux Assemblées.
S’il semble frapper juste dans les intentions, le plan d’action d’Eric Dupond-Moretti ne vaudra que s’il parvient à remobiliser une profession en plein doute, à laquelle il est par ailleurs demandé d’accepter un certain degré d’ouverture dans le recrutement et la formation. Là réside la principale interrogation, car, si les premières réactions sont plutôt positives, les relations se sont tellement dégradées entre l’ancien avocat et les juges que la chancellerie n’apparaît pas aujourd’hui comme la mieux placée pour être le moteur d’une indispensable réinvention. Menacé d’être renvoyé devant la Cour de justice de la République en raison d’un potentiel conflit d’intérêts entre ses anciennes fonctions d’avocat et son rôle de ministre, pris pour cible par deux syndicats de magistrats, Eric Dupond-Moretti a construit son propre handicap. Il n’ignore rien des maux de la justice, mais a tout fait pour compliquer leur résolution.
Le Monde

Contribuer
Édition du jour
Daté du vendredi 13 janvier
Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.
Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois
Ce message s’affichera sur l’autre appareil.
Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.
Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).
Comment ne plus voir ce message ?
En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.
Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?
Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.
Y a-t-il d’autres limites ?
Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.
Vous ignorez qui est l’autre personne ?
Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.
Lecture restreinte
Votre abonnement n’autorise pas la lecture de cet article
Pour plus d’informations, merci de contacter notre service commercial.
Newsletters du monde
Applications Mobiles
Abonnement
Suivez Le Monde

source

Tout d’abord la page est mise en ligne à des fins d’information du public et en vue d’informer les clients. Par ailleurs elle est régulièrement mise à jour, dans la mesure du possible.
Néanmoins en raison de l’évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle. Nous vous invitons toutefois à nous interroger pour toute question ou problème concernant le thème évoqué au 07 81 19 33 22. Cependant en aucun cas meilleur avocat ne pourra être tenu responsable de l’inexactitude et de l’obsolescence des articles du site.  xtremwebsite cout site internet création site internet  site internet pour avocat  création site vitrine {service} à {ville(Ville)}< /span> meilleur avocat  – avocat de confiance