Nouvelle-Zélande: Hipkins à la tête du parti au pouvoir, en attendant … – Arabnews fr

Meilleur Avocat
Vous cherchez un avocat

https://arab.news/9tyxa
WELLINGTON : Le futur Premier ministre néo-zélandais Chris Hipkins a été confirmé dimanche à la tête du parti travailliste au pouvoir, avant son intronisation mercredi par la gouverneure générale du pays.
A l’issue d’un vote des membres de son parti au Parlement, le désignant à l’unanimité leader de la formation au pouvoir et donc prochain Premier ministre, M. Hipkins a expliqué qu’il serait officiellement intronisé mercredi par la gouverneure générale, représentante en Nouvelle-Zélande du roi Charles III.
Il s’agit aussi d’attendre que la mise en retrait de Jacinda Ardern soit formellement actée.
Cette dernière a annoncé sa démission jeudi, expliquant qu’elle n’avait «tout simplement plus d’énergie pour quatre ans supplémentaires», après avoir notamment connu la pandémie de Covid, une éruption volcanique et la pire attaque terroriste jamais vécue par la Nouvelle-Zélande.
De nombreux responsables politiques, dont Chris Hipkins, ont fustigé la «campagne au vitriol» dont Mme Ardern a été victime durant son mandat, notamment sur les réseaux sociaux.
«La façon dont Jacinda a été traitée, en particulier par certains segments de la société — et ils sont une petite minorité — a été tout à fait abjecte», a de nouveau critiqué dimanche le futur 41e Premier ministre.
Responsable de la lutte contre la pandémie de Covid pendant deux ans, Chris Hipkins a dit comprendre que son nouveau poste l’exposerait davantage. Mais sa famille n’est pas «une propriété publique», a-t-il insisté devant des journalistes.
Au regard de «l’énorme pression» mise sur Mme Ardern et sa famille, son successeur de 44 ans a affirmé vouloir garder ses proches «loin des projecteurs».
Il a également déclaré que sa principale préoccupation serait de relancer l’économie.
L’inflation et les pénuries de personnel ont en effet largement entamé la popularité de la formation au pouvoir depuis 2020, maintenant derrière l’opposition de centre-droit, le Parti national, dans les sondages.
Chris Hipkins a également annoncé que le pays allait connaître sa première vice-Première ministre d’origine Pasifika, peuple indigène des îles du Pacifique, en la personne de Carmel Sepuloni.
Mme Sepuloni est membre du Parlement depuis 2008 et ministre du Développement social depuis 2017.
Au peu près 8% des 5,1 millions d’habitants de Nouvelle-Zélande s’identifient comme des Pasikifa.
Grant Robertson, vice-Premier ministre de Jacinda Ardern, devrait rester au gouvernement en tant que ministre des Finances.
https://arab.news/6b5e9
BRUXELLES: Plusieurs centaines de manifestants rassemblés dimanche à Bruxelles ont appelé les autorités belges à trouver rapidement une solution pour obtenir la libération du travailleur humanitaire belge Olivier Vandecasteele détenu en Iran.
La foule, qui a affronté un froid glaciel dans le centre de Bruxelles, a scandé « Libérez Olivier » et chanté bon anniversaire à Olivier Vandecasteele qui vient d’avoir 42 ans cette semaine.
« Le but est de montrer au gouvernement qu’on ne peut pas laisser une personne innocente » en prison en Iran, a déclaré la soeur du détenu belge Nathalie. « Un citoyen innocent doit pouvoir être sorti très rapidement de là où il se trouve », a-t-elle ajouté.
« Chaque minute, chaque seconde compte », a souligné Olivier Van Steirtegem, porte-parole de la famille. La famille espère que la pression croissante de l’opinion publique incitera les autorités belges à trouver une solution plus rapidement.
Détenu à Téhéran depuis le 24 février 2022, il a été condamné à un total de 40 ans de prison en Iran pour « espionnage », et devrait en purger 12,5 ans selon Téhéran. Il a aussi été condamné à 74 coups de fouet.
Depuis son arrestation, il est détenu dans des conditions que le gouvernement belge a qualifié d' »inhumaines ».
Des experts indépendants des droits de l’homme de l’Onu ont estimé que sa détention constituait une « violation flangrante du droit international ».
Les soutiens de M. Vandecasteele estiment qu’il est détenu en raison d’un chantage diplomatique exercé par l’Iran qui tente d’obtenir de la Belgique la libération d’un diplomate iranien, Assadollah Assadi, condamné en Belgique en 2021 à 20 ans de prison pour un projet d’attentat « terroriste » contre l’opposition iranienne.
Assadollah Assadi, diplomate en poste en Autriche, a été reconnu coupable d’avoir préparé un projet d’attentat contre l’opposition iranienne en exil en région parisienne en 2018. Il a été identifié comme celui qui a fourni les explosifs pour la bombe.
En juillet 2022, la Belgique et l’Iran avaient signé un traité de transfèrement de condamnés entre les deux pays, qui avait été considéré par Bruxelles comme un moyen pouvant permettre le retour d’Olivier Vandecasteele.
Mais la Cour constitutionnelle belge, saisie par des opposant iraniens en exil, a suspendu le traité. Les requérants reprochent à ce traité de permettre la libération d’Assadi.
La suspension est en vigueur en attendant un jugement sur la légalité du traité.
Le gouvernement belge a assuré qu’il faisait tout son possible pour obtenir la libération de M. Vandecasteele.
Vendredi, a été publié dans la presse francophone un appel d’une cinquantaine de personnalités belges du monde sportif, universitaire, littéraire, artistique, politique et humanitaire pour sa libération.
https://arab.news/jpg7g
ATHÈNES: Deux F-16 grecs ont escorté un avion de Ryanair reliant Katowice (Pologne) à Athènes à la suite d’une alerte à la bombe sur le vol, mais il s’agissait finalement d’une fausse alerte, ont indiqué dimanche les autorités grecques.
La police grecque a précisé en fin d’après-midi qu’aucun engin explosif n’avait été trouvé à bord de l’appareil, un Boeing 737 avec plus de 190 personnes à bord, qui s’est posé sans encombres peu avant 16H00 GMT sur l’aéroport international d’Athènes.
La fouille des passagers et de l’appareil « n’a abouti à la découverte de rien de suspect », a précisé la police grecque dans un communiqué.
Les deux chasseurs-bombardiers avaient intercepté l’avion de ligne comme il entrait dans l’espace aérien grec. Il avait auparavant été escorté à vue par des jets de l’armée de l’air hongroise.
A l’approche d’Athènes, il avait été dérouté afin de survoler la mer par précaution. Il a été accueilli dans un endroit isolé de l’aéroport d’Athènes pour inspection par une équipe de déminage.
Piotr Adamczyk, responsable des relations publiques à l’aéroport de Katowice, a déclaré qu’ils avaient reçu une alerte téléphonique alors que l’avion survolait la Slovaquie.
« Après le décollage de l’avion, il y a eu un appel au centre d’information de l’aéroport concernant la présence possible d’un engin explosif à bord », a déclaré M. Adamczyk à l’AFP.
« Nous avons contacté le contrôle aérien, qui a ensuite contacté les pilotes », a-t-il ajouté.
https://arab.news/rhgb8
MOGADISCIO: Au moins six civils ont péri dimanche dans une attaque des insurgés islamistes shebabs contre le bureau du maire de Mogadiscio, a annoncé la police. 
Un kamikaze a déclenché une énorme explosion qui a endommagé des bâtiments près du complexe de bureaux, suivie par une fusillade, a déclaré un porte-parole de la police somalienne, Sadik Dubishe, au terme de l’attaque de quatre heures. 
« Tous les six assaillant ont été tué. Cinq pendant la fusillade avec les forces de sécurité, et un s’est fait exploser », a narré M. Dubishe à la presse. « Six civils ont également été tués pendant l’attaque, et la situation est revenue à la normale ». 
Tout le personnel du bureau du maire a été secouru, selon la police. 
L’attaque a été revendiquée par le groupe islamiste radical des shebab, affilié à l’organisation jihadiste Al-Qaïda, au terme d’une semaine marquée par plusieurs attaques meurtrières des insurgés en Somalie. 
Le quartier a été rapidement bouclé par les forces de sécurité, selon un témoin possédant une boutique près du lieu de l’attaque. 
Un autre témoin, Omar Nur, a dit qu’il était dans le centre commercial voisin quand une explosion s’est produite, et qu’il a « pu heureusement prendre la fuite sain et sauf ». 
Les shebab ont affirmé que leurs combattants « se sont frayés un chemin à l’intérieur du bâtiment visé après avoir tué les gardes de sécurité ». 
Les shebab mènent une insurrection depuis 15 ans contre le fragile gouvernement central soutenu par la communauté internationale, avec des attaques meurtrières en Somalie et dans les pays voisins. 
Semaine sanglante  
Plusieurs attaques se sont produites cette semaine. 
Vendredi, sept soldats ont été tués dans une attaque contre un camp militaire par les islamistes, à Galcad, ville du centre du pays récemment reprise par les forces progouvernementales. Le Commandement des Etats-Unis pour l’Afrique (Africom) a précisé samedi dans un communiqué que cette attaque avait été menée par une centaine de shebab, et avait coûté la vie à « une trentaine » d’entre eux. 
Mardi, les islamistes radicaux avaient déjà lancé une autre attaque contre un camp militaire, à Hawadley, à environ 60 km au nord de Mogadiscio, faisant 11 morts parmi les soldats. 
La veille, l’armée somalienne avait annoncé avoir repris, sans aucun combat, Harardhere, ville portuaire située à environ 500 km au nord de Mogadiscio et contrôlée depuis 2010 par les shebab. Le gouvernement avait assuré que la reprise de cette ville « stratégique » constituait une « victoire historique ». 
Ces derniers mois, l’armée et les milices claniques locales ont repris des pans entiers de territoire dans le centre du pays, dans le cadre d’une opération soutenue par des frappes aériennes américaines et une force de l’Union africaine. 
Mais les insurgés ont souvent riposté par des attaques sanglantes, soulignant leur capacité à frapper au cœur des villes et des installations militaires somaliennes malgré l’offensive. 
La semaine dernière, huit personnes avaient été tuées par une explosion sur une route du centre du pays, selon al police. Et plus tôt en janvier, 19 personnes avait péri dans un double attentat à la voiture piégée à Mahas, toujous dans le centre. 
Quoique chassés de Mogadiscio et des grands centres urbains depuis plus d’une décennies, les shebab restent enracinés dans certaines parties rurales du centre et du sud de la Somalie. 
L’attaque la plus meurtrière des shebab depuis le lancement de l’offensive l’année dernière est survenue en octobre, avec 121 morts dans l’explosion de deux voitures piégées au ministère de l’Education à Mogadiscio. 
Le groupe a également été actif récemment de l’autre côté de la frontière, dans l’est du Kenya, pays qui contribue à la force de l’UA en Somalie, en menant plusieurs attaques meurtrières à petite échelle. 

source

Tout d’abord la page est mise en ligne à des fins d’information du public et en vue d’informer les clients. Par ailleurs elle est régulièrement mise à jour, dans la mesure du possible.
Néanmoins en raison de l’évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle. Nous vous invitons toutefois à nous interroger pour toute question ou problème concernant le thème évoqué au 07 81 19 33 22. Cependant en aucun cas meilleur avocat ne pourra être tenu responsable de l’inexactitude et de l’obsolescence des articles du site.  xtremwebsite cout site internet création site internet  site internet pour avocat  création site vitrine {service} à {ville(Ville)}< /span> meilleur avocat  – avocat de confiance