Les Ensablés – Stephen Hecquet, vie et trépas d'un maudit de Frédéric Casotti – ActuaLitté

Meilleur Avocat
Vous cherchez un avocat

En ce moment :
Rubriques
Multimédia
À la loupe
Stephen Hecquet, avocat, écrivain… Pour beaucoup, ce nom ne dit plus rien. Auteur d’une dizaine de romans publiés dans les années cinquante, il est pourtant considéré comme l’un des membres de ce groupe que Bernard Frank appela les « hussards ». Ses romans n’ont jamais été réédités (sauf en 1993 pour « Les collégiens »). Début 2022, est parue chez Séguier une courte et bienvenue biographie de Stephen Hecquet par Frédéric Casotti intitulée Stephen Hecquet, vie et trépas d’un maudit, dont les Ensablés se devaient de rendre compte, d’autant qu’en 2013 notre ami Henri-Jean Coudy (dont les parents connaissaient bien Hecquet) avait déjà fait un article à propos d’Anne ou le garçon de verre.
Le 13/11/2022 à 09:00 par Les ensablés
0 Réactions | 2 Partages
Publié le :
13/11/2022 à 09:00
Les ensablés
0
Commentaires
2
Partages
À l’image de la vie fort brève de Stephen Hecquet mort à quarante ans, l’ouvrage que nous présentons aujourd’hui est très court, à peine 200 pages. On l’aurait aimé plus volumineux, plus disert sur l’aspect littéraire de la vie de Hecquet : son amitié avec Nimier, et tous les autres hussards, des détails sur ses rencontres avec Céline, Morand, Chardonne, Genêt, et aussi une analyse plus complète de ses romans et essais.
On devine que le biographe a dû éprouver beaucoup de difficultés à trouver des sources, car Stephen Hecquet était un homme très discret, malgré les milliers d’articles qu’il a publiés dans les journaux et les scandales qu’il a causés. Alors, pour combler les vides, M. Casotti replace la vie de Hecquet dans le contexte des années 40-50, et c’est fort intéressant. Ainsi nous brosse-t-il, à propos de la carrière d’avocat qu’Hecquet a menée tambour battant entre 1946 et 1960, un tableau passionnant, vraiment passionnant, du monde judiciaire de l’après-guerre.
Issu d’une famille bourgeoise, Hecquet est né en 1919 à Valenciennes et y retournera pour mourir en 1960. Très tôt, il dénote de son entourage, peut-être à cause de son homosexualité (que l’on imagine dissimulée). Il n’est pas à proprement un révolté. Il a soif d’ordre et fait d’excellentes études ; mais une part en lui est anticonformiste, anarchiste peut-être. Il déteste la médiocrité. La défaite de 40 agit sur lui comme un électrochoc. Il la décrira férocement dans son roman Les Guimbardes de Bordeaux, récit de ce qu’il a connu de la déroute en tant que soldat.
Sa conviction est celle de nombreux Français de l’époque : le pays a perdu parce qu’il s’est avachi. Les Français ont trop vécu sur la rente de la victoire de 14-18. La défaite, pense-t-il alors, doit être l’occasion de se remettre en question et de rebondir, cela aussi bien au niveau national que personnel. Il écrira qu’avec elle, « nous sommes entrés en possession de nous-mêmes ».
Puis plus tard : « Ce même désastre devait coïncider avec un redressement personnel sans précédent ; je continue de penser que ce redressement eût pu s’étendre à la nation entière. » On sait ce qu’il est advenu de la Révolution nationale…
Mais Hecquet y adhère, lui l’homosexuel, l’anticonformiste (les hommes sont pétris de contradictions), et entre en 1941 dans les chantiers de jeunesse où il s’occupe de jeunes, période heureuse pour lui qui précède la catastrophe de son existence. En 1943, il apprend qu’il est atteint d’une cardiomyopathie, maladie mortelle, risque permanent d’une crise cardiaque. Ses jours sont comptés, il le sait, et plutôt que de se ménager, il décide de vivre intensément. Après un séjour à la préfectorale de Vichy, il embrasse la carrière d’avocat avec la fougue d’un moine soldat. Brillant, il devient secrétaire de conférence, mais sans que cela lui rapporte un sou, car sa clientèle est modeste.
C’est à lui que José Giovanni, futur auteur du Trou, Classe tout risque (qui sera adapté par Sautet), scénariste de Dernier domicile connu doit la vie. Condamné à mort pour meurtres, Giovanni est gracié par le président Vincent Auriol après l’intervention de Hecquet. Giovanni racontera ce qu’il lui doit : « Me reclasser c’était bien. Mais je ne savais rien faire. Je pensais partir en Australie pour défricher des terres, quand un avocat que je connaissais depuis longtemps, Stephen Hecquet, m’a dit : “Pourquoi tu n’écris pas, toi ? ”. »
Il défend également des collaborateurs, des petits escrocs, un plaignant contre les tabacs SEITA, Hecquet appuyant la thèse que « contrairement à ce que laisse croire la publicité des Gauloises, disque bleu, filtre, les bouts spéciaux dont sont munis ces cigarettes ne protègent en aucune façon les fumeurs contre les divers produits toxiques contenus dans le tabac » (dans Le monde du 10 juillet 1958). Pas de tri chez lui et la passion du droit pénal ne l’empêche pas d’écrire ses romans, dont « bons pour la mort » où, à travers ses personnages, il se met à nu, parle de l’homosexualité et de la maladie.
Au mitan des années cinquante, il affiche sa misogynie en critiquant ses collègues avocates, ce qui lui vaut une sanction de la part de conseil de l’ordre. Puis il publie un pamphlet « Faut-il réduire les femmes en esclavage ? » qui, en nos temps contemporains soucieux de la liberté d’expression, ne serait sans doute pas édité… Il écrit (je ne résiste pas) : « Si vous n’êtes rien (il s’adresse aux femmes), c’est que nous l’avons voulu. Depuis des siècles, l’homme pense, décide, agit pour la femme. Quoi d’étonnant qu’elle soit demeurée stupide. » Ou encore : « Voilà bien votre apparence : amas de chair grasse et molle. » « La femme rend lâche : c’est elle qui conseille au gréviste de rentre à l’usine, à l’artiste de faire du commerce, au soldat de plier le dos. » À propos de ce dernier extrait, on mesure toute l’ambiguïté de la pensée d’Hecquet, resté fidèle à Vichy, mais sensible aux luttes sociales.
On hésite à la lecture de ces lignes dont l’excès fait sourire. Faut-il y voir l’envie de faire un éclat, d’exister à tout prix ? Choquer : c’est enfin apparaître sur la scène publique littéraire où ses romans, malgré les éloges de ses amis (Nimier…), sont ignorés. C’est cracher à la gueule du monde dont il se sait exclu ?
Il dort très peu : il lui reste si peu de temps ! Quand il ne plaide pas, il écrit ses romans, ses articles (des milliers), court les salles de spectacle. Parfois se détend avec Nimier qui lui voue une amitié sans faille, fréquente les bars avec Genêt, va dîner en ville. Enfin, sentant la mort venir, il retourne à Valencienne pour mourir.
On ne saurait trop conseiller à nos lecteurs de lire ce livre qui leur donnera sans doute envie, comme à moi, de découvrir les œuvres de ce feu follet de la littérature. Dans le Monde du 1er avril 1988, on lit : « Son goût et son talent pour la philippique, d’une impertinence sans égale de nos jours, le faisaient mêler dans un même mépris les femmes, les honneurs, les quadragénaires (dont une maladie de cœur l’empêcherait, il le savait, de partager les compromissions) et, plus généralement, la dégradation physique, l’abaissement moral, que la vie infligeait à son idéal, à son paradis perdu : l’adolescence des collèges religieux d’avant-guerre, à la Montherlant, dont il eût été un somptueux préfet des études…Cette nostalgie, jointe au plaisir socratique de briller, faisait de lui un champion de l’amitié, sous brocards et nasardes. »
Justement ou injustement oublié ? C’est à nous de le dire.
par Hervé Bel
Lire un extrait

 
Plus d'articles sur le même thème
Romancier, essayiste, pamphlétaire, journaliste, professeur, historien de la littérature populaire, du roman policier et de la science-fiction, rédacteur en chef des Primaires, revue de gauche anticléricale, syndicale et pacifiste, etc., Régis Messac (1893-1945) a été de bien des engagements littéraires et politiques. Par François Ouellet.
30/10/2022, 09:22
Prendre soin des seniors, des anciens, du quatrième âge, des personnes âgées, bref : des vieux, problème de société rebattu, mais irrésolu, au parfum de désolant scandale malgré d’indéniables avancées… En 1977, paraissait sur ce sujet Passage des émigrants, un remarquable roman écrit par un médecin, Jacques Chauviré (1915-2005), dernier d’une trilogie mettant en scène le parcours du Dr Desportes, médecin du travail puis gériatre. Par Marie Coat.
09/10/2022, 09:00
« Tout a commencé en Champagne, fin mars 1915, lors de l’offensive menée par Joffre. Durant l’attaque, Pierre-Ézéchiel Séguier eut la moitié inférieure de sa jambe fracassée par un éclat d’obus. Il fallut l’amputer […] Il ne restait plus assez de morphine. […] “Je suis fait au fer et au sang”, rétorqua le blessé avec la raideur de ceux qui méprisent les faiblesses du corps et de l’âme. » Par Carl Aderhold
25/09/2022, 09:00
En 1905, Camille Mauclair, sentit qu’avec le fauvisme et le début du cubisme en 1905, apparaissait un nouveau paradigme, auquel il était incapable en tant que critique de donner une réponse. Et cette incapacité signa la rupture de Mauclair avec l’art moderne.  En 1931, il écrira un ouvrage critique sur le Greco, dont l’originalité le confrontera à nouveau au problème de la rupture de la tradition dans l’art pictural. Ceci est la deuxième partie de notre article (voir la première partie). Par Antoine Cardinale
04/09/2022, 14:40
En 1905, Camille Mauclair (1872-1945), sentit qu’avec le fauvisme et le début du cubisme en 1905, apparaissait un nouveau paradigme, auquel il était incapable en tant que critique de donner une réponse. Et cette incapacité signa la rupture de Mauclair avec l’art moderne. En 1931, il écrira un ouvrage critique sur le Greco, dont l’originalité le confrontera à nouveau au problème de la rupture de la tradition dans l’art pictural. Cet article paraît en deux parties. La seconde est programmée pour la semaine prochaine. Par Antoine Cardinale
 
21/08/2022, 12:20
Les vacances sont là, et pour ceux qui aiment ou ne connaissent pas Antoine Blondin (il aurait cent ans cette année…), l’occasion rêvée de (re) découvrir ses chroniques publiées entre 1943 et le début des années 80. Les éditions de La Table Ronde ont eu la bonne idée de les rééditer dans sa collection « La petite Vermillon. Pour un prix modique (11,2 euros), un plaisir assuré, à goûter sous les tilleuls en buvant un petit blanc sec, bien glacé, à la santé de ce cher Blondin pour qui la littérature était exigence mais aussi amitié. Hervé BEL
07/08/2022, 09:00
Je ne sais plus où et quand je suis tombé sur ce livre L’abbaye d’Evolayne de Paule Régnier (Grand prix de l’Académie Française 1933), avec sa couverture jaune défraichie des éditions Plon. Longtemps, je l’ai gardé dans mes réserves : j’avais d’autres priorité de lectures. Il y a peu, fouillant ma bibliothèque, je l’ai redécouvert, l’ayant totalement oublié. Allons, il fallait quand même me renseigner sur cette Paule Régnier ! Le destin tragique de cet auteur, il faut bien le dire, m’a conduit à lire enfin son roman. Ce n’est pas un chef-d’œuvre, j’en conviens, il peut paraître dépassé, appartenir à un autre monde (mais n’est-ce pas après tout un motif de le parcourir ?), mais il palpite dans ce texte quelque chose de bouleversant et de prenant. Par Hervé BEL

24/07/2022, 09:00
Dans ces temps de résurgence de nationalismes, chauvinismes et prurits identitaires, la littérature nous offre heureusement quelques pépites à leur encontre… Figure en bonne place parmi ces romans salutaires une œuvre qui obtint un franc succès juste avant le deuxième guerre mondiale : refusé par Gallimard, publié par Denoël, le roman «Les Javanais» fut couronné du prix Renaudot en 1939 et traduit en plusieurs langues. Par Marie Coat
03/07/2022, 09:00
Sur la plaine de la bataille de Waterloo, une aigle impériale trône au sommet de la butte monumentale. Le 18 juin 1815, c’est Napoléon qui a remporté cette victoire décisive. Plus d’un siècle après les faits, le descendant d’un capitaine anglais est résolu à corriger l’erreur de son ancêtre, qui avait donné de mauvaises informations à Wellington et précipité la défaite des Alliés. L’invention d’une machine à remonter le temps lui permet de tenter une modification avec ses amis, mais à quel prix et pour quelles conséquences historiques et humaines ? Par Louis Morès
19/06/2022, 09:00
Spécialiste du Portugal où elle a vécu une bonne partie de sa vie, Suzanne Chantal (1908-1994) a notamment publié une Histoire du Portugal (Hachette, 1965), que précédait La vie quotidienne au Portugal après le tremblement de terre de Lisbonne de 1755 (Hachette, 1962). Vers la fin de sa vie, elle publiera un roman historique (Ervamoïra, éd. Olivier Orban, 1982), qui raconte, autour de l’évolution d’une famille sur six générations, l’histoire du vin de Porto, avec ses luttes, ses négociants, ses propriétaires, etc. Par François Ouellet
05/06/2022, 09:00
Suzy avait de grandes jambes. Longues et musclées, assez affolantes. Et un nez fort, signe de caractère. Une blondeur pâle, des yeux délavés par la mer, une frange au carré, du talent et de l’énergie à revendre. Introduite dans les milieux parisiens par Yvonne de Bremond d’Ars, célèbre antiquaire, Suzy va vite mettre Paris à ses pieds. Symbole de la « garçonne » des années folles, Suzy Solidor s’illustra comme actrice et comme chanteuse dans les années 30 et 40.  Mais peu le savent, la grande Suzy fut aussi romancière. Par Denis Gombert
22/05/2022, 09:00
Ses romans ont connu de grands succès de librairie, vendus à plusieurs reprises à plus de 1 million d’exemplaires, et même largement au-delà (Chiens Perdus sans Collier, porté au cinéma avec Jean Gabin dans le rôle principal frôla les 4 millions d’exemplaires). Gilbert Cesbron (1911-1979) a donc été un écrivain célèbre dans la deuxième moitié du XX siècle ; il est aujourd’hui inconnu des moins de cinquante ans, un cas exemplaire d’ensablé et peut être d’enterré. Par Henri-Jean Coudy
08/05/2022, 09:00
Les éditions de l’Arbre Vengeur nous ont donné une réédition de Direction Etoile, de Francis de Miomandre (1880-1959). Bernard Quiriny, par ailleurs biographe de Henri de Régnier, auteur cher aux Ensablés , signe une préface pleine d’humour ; les dessins de Regis Lejonc accompagnent merveilleusement le lecteur dans ce conte désenchanté. Puisse cette réédition rendre de nombreux lecteurs au sixième lauréat du prix Goncourt ! Par Antoine Cardinale.
 
24/04/2022, 09:00
C’était il y a peu dans le 6ème arrondissement, un samedi, jour béni entre tous puisque le dimanche nous protège encore du lundi. En passant devant la librairie « Le dilettante », maison d’édition dont les Ensablés affectionnent les publications, je tombe sur des bacs remplis de livres d’occasion. L’un d’eux attire mon attention : « Les enfants aveugles » d’un certain Bruno Gay-Lussac, avec une introduction de François Mauriac. Mauriac? Il fallait que ce roman oublié ait quelque qualité… Alors je l’ai acheté. Par Hervé Bel 
10/04/2022, 09:00
Les Sept dormants (1896), Confession de Sainte-Croix (1902), les deux volumes de poèmes Feuilles sous la glace écrits entre 1899 et 1913 ou encore l’autobiographie posthume Mon Bourreau, vous connaissez ? Ce sont quelques-unes des œuvres du poète Mathias Crismant (1882-1913), dont Raymond Schwab (1884-1956) entreprit de raconter la vie singulière et tourmentée dans un livre simplement intitulé Mathias Crismant, paru chez Plon en 1925. Par François Ouellet.
27/03/2022, 08:25
« Décennie de la bombe», les dernières années du 19ème siècle furent marquées en France par l’anarchisme insurrectionnel: attentats à la dynamite, assassinat du Président Carnot et autres pratiques de «propagande par le fait», dans un pays par ailleurs perturbé par d’autres mouvements révolutionnaires et déchiré par l’affaire Dreyfus. Remettant en cause la logique de subordination des gouvernés aux gouvernants, l’anarchisme -malgré sa violence terroriste et une certaine naïveté idéologique- fascine nombre d’intellectuels et artistes tel que Mallarmé («Le poème est comme une bombe»). Par Marie Coat
 
13/03/2022, 09:00
Au milieu des années 1990 paraît ce détonnant roman à clefs, une politique-fiction imaginant la fin de la Belgique par la prise d’indépendance de la Flandre et le déclenchement d’une guerre civile dans la capitale. Soulevés par une atmosphère décliniste, violente et baroque, des personnages symboliques hauts en couleur discourent et agissent au nom de passions diverses, confrontés aux mystères du sens du hasard et de l’Histoire. Racontés a posteriori sous forme de mémoires, ces événements sont censés s’être déroulés en l’an 2007. Par Louis Morès. 
27/02/2022, 09:00
Quand on parle de maladies mentales, s’il est un nom qui accourt spontanément sur toutes les lèvres, c’est bien celui de Sigmund Freud (1856-1939). Freud a été élevé au rang des grands génies de l’humanité pour avoir exploré un véritable continent, terra incognita avant lui, à savoir le monde de l’inconscient. La méthode psychanalytique qu’il mit au point s’est frayé un chemin dans cet univers ténébreux afin d’en révéler les mystères. De nos jours, le public cultivé pourra citer quelques noms supplémentaires des explorateurs de ce monde parmi les disciples ou les épigones du maître viennois, tels Jung, Adler, ou Lacan. Mais qui se souvient de Pierre Janet ? Par Armel Job, écrivain
06/02/2022, 09:00
Roman fleuve, roman monde, Hélène ou la solitude de Jean Gaulmier avait il y a quelques années déclenché l’enthousiasme de notre ami et fondateur des Ensablés, Hervé Bel. Son engouement a suscité l’envie d’un éditeur, en l’occurrence les éditions de la Belle Étoile, de republier cet ouvrage. Que cet éditeur soit ici remercié d’avoir fait confiance au goût d’un lecteur pour prendre un tel pari. Doublement remercié même, car ce roman mérite assurément de sortir du petit cercle des amateurs éclairés auxquels il était jusqu’alors confiné pour être désormais disponible auprès d’un public plus large. Par Carl Aderhold, écrivain.
23/01/2022, 10:17
Hélène Froment (1908-2003), auteure d’un excellent premier roman paru chez Gallimard en 1941, On ne revient pas, est le pseudonyme d’Hélène Jaunez, qui a épousé l’aristocrate Jean de Vogüé (futur chef de la Résistance) en 1927. Dite Nelly de Vogüé, elle est surtout connue pour avoir été la maîtresse de Saint-Exupéry à partir de leur rencontre chez Louise de Vilmorin en 1929, deux ans avant le mariage de l’écrivain avec Consuelo. En 1949, cette fois-ci sous le pseudonyme de Pierre Chevrier, Nelly va lui consacrer un ouvrage, Antoine de Saint-Exupéry (Gallimard, 1949), et sera responsable de l’édition posthume de Citadelle (1948) et des Carnets (1953) de l’écrivain. par François Ouellet.
02/01/2022, 09:00
Les Ensablés ont le plaisir d’accueillir aujourd’hui dans leur rubrique Marie Coat, grande lectrice, qui nous fera partager au fil du temps ses découvertes. Merci à elle. Il y a tout juste un siècle, le 14 décembre 1921, le prix Goncourt fut attribué à René Maran, administrateur des colonies, pour son roman Batouala, proposé au jury par Henri de Régnier. Par Marie Coat
19/12/2021, 09:00
La littérature française est riche d’innombrables récits tirés de l’Antiquité grecque ou romaine. Sans remonter aux Aventures de Télémaque, nous avons tous lu La Venus d’Ille de Mérimée et son cruel dénouement, Gautier et Arria Marcella, Dumas et sa sulfureuse Acté et bien entendu Salammbô dans lequel Flaubert, de son aveu même, voulut appliquerà l’Antiquité les règles du roman moderne. L’Antiquité comme décor fabuleux et comme recueild’exemples politiques, mais aussi l’Antiquité onirique, féroce et sensuelle dont les jeunes latinistes découvraient avec ébahissement qu’elle reposait, au sens chrétien, sur une immoralité sans limite. Par Antoine Cardinale.
05/12/2021, 09:00
Henri Decoin a connu plusieurs vies. Il fut tour à tour sportif de haut niveau – et le livre du jour fera montre de la science qu’il avait du noble art, la boxe -, héros de guerre, journaliste et cinéaste. Il fut aussi romancier. L’arbre vengeur a la bonne idée de rééditerune petite pépite, Quinze rounds, récit retraçant l’histoire d’une rencontre de boxe commentée par un boxeur sur le ring en temps réel. L’expérience littéraire y croise étonnamment les gants avec l’expérience sportive. Par Denis Gombert
21/11/2021, 09:19
L’Arbre Vengeur, jamais en reste pour nous surprendre, nous offre aujourd’hui un très beau livre (sur la forme et le fond), Maîtres du Vertige, qui regroupe six romans de science-fiction — ou plutôt de « merveilleux scientifique », ayant été écrit par des auteurs de langue française du début du vingtième siècle… L’occasion, pour tous les curieux, épris de bonne littérature, de découvrir, non plus un seul auteur oublié, mais toute une littérature « ensablée », un continent, aurais-je envie de dire, dont j’ignorais jusqu’à l’existence. Par Hervé Bel.
08/11/2021, 16:26
La ville de Liège doit son célèbre surnom au titre de ce roman historique publié en 1905 (Paris, Perrin) par le comte Henry Carton de Wiart, le premier d’une série de cinq livres constituant le « cycle de la Destinée nationale ». L’ambition de l’auteur, qui s’apprête à occuper d’importantes fonctions gouvernementales au seuil de la guerre, est de renforcer le sentiment national belge en illustrant littérairement des épisodes de vaillance, de courage et de résistance puisés dans l’Histoire. Par Louis Mores
24/10/2021, 16:00
L’œuvre de Ramuz comprend une vingtaine de romans. La grande peur dans la montagne est un texte de 1925 qui fait montre d’une grande maturité d’un auteur qui a entamé une carrière littéraire à Paris en 1900, à l’âge de vingt ans. Cependant, à Paris, là où son éditeur Bernard Grasset lui demandera toute sa vie de « se montrer », Charles Ferdinand Ramuz aura à cœur de toujours se mettre en retrait des mondanités. Par pudeur ainsi que par méfiance de la corruption urbaine, Ramuz est avant tout un homme de la terre. Par Denis Gombert
11/10/2021, 16:51
Maria Borrély, le nom n’est pas connu. Pourtant, il devrait !…Il est toujours émouvant de découvrir des auteurs du passé. Je ne parle pas d’auteurs renommés qu’on lit pour la première fois, mais de ces auteurs complètement oubliés, que plus personne ne lit depuis longtemps, si tant est qu’ils ont déjà été lus. Par François Ouellet. 
27/09/2021, 09:39
« Mort sont les beaux diseurs/Mais le livre est écrit/Morts sont les bâtisseurs/mais le temple est bâti » (F.Mistral) André Chamson fit un voyage au Japon qu’il relate dans ses souvenirs. Nous avons été naturellement chez les geishas qui ne sont pas ce que l’on peut croire. La fille qui était venue sur le tatami pour allumer ma cigarette m’a dit « Monsieur, j’ai lu votre livre les Quatre éléments ». Les quatre éléments étaient devenus « le soleil, la rivière, la montagne » et je ne sais plus quoi… Par Antoine Cardinale
12/09/2021, 14:02
Au sortir de la Première Guerre mondiale, durant laquelle il a travaillé pour le Gouvernement belge en exil au Havre (Sainte-Adresse) et publié des essais défendant et illustrant les positions de son pays, Pierre Nothomb (1887-1966) mène une vie littéraire entre la Belgique et la France et fait notamment paraître à Paris le roman La Rédemption de Mars (Paris, Plon, 1922). Par Louis Morès.
18/07/2021, 10:00
Nos fidèles lecteurs n’ignorent pas que nous aimons Pierre Bost (1), écrivain d’avant-guerre devenu scénariste célèbre après 1945, et que nous aimons aussi les Editions de la Thébaïde qui, il y a deux ans, ont publié un recueil de nos articles sur les écrivains oubliés (Lectures en stock). Il était donc évident et naturel que nous parlions aujourd’hui de la réédition de Prétextat (1925) de Pierre Bost, d’autant plus que la préface a pour auteur François Ouellet, chroniqueur des « Ensablés », et par ailleurs grand spécialiste de l’écrivain. Par Hervé Bel.
27/06/2021, 13:22
Les fidèles de notre rubrique se rappelleront que nous avons déjà chroniqué deux romans de cet auteur prolixe (Edgar, L’homme qui s’est retrouvé) mort en 1937, juste avant la guerre ; ce qui lui fut peut-être fatal, car, en 1945, on était passé à un autre monde, pas forcément meilleur. À côté de Camus, Sartre, et tant d’autres, Duvernois ne faisait plus très sérieux, d’autant que l’homme, dans sa vie comme dans ses écrits, avait toujours imité la légèreté. Je dis « imité » à dessein, car l’œuvre de Duvernois, sous des apparences d’ironie et de comique, dissimule une profonde mélancolie, une réflexion désabusée sur l’homme. Par Hervé Bel.
06/06/2021, 19:41
Exhumé de l’oubli, ce petit texte écrit par un bibliophile passionné raconte et s’inquiète de la croissance des arrivées des livres en masse à la Bibliothèque Nationale. Nous sommes à la fin du XIXe siècle et la noble institution enregistre déjà 500.000 références disponibles (14 millions aujourd’hui !). « La vérité, annonce l’auteur, est que, de ces espaces, aujourd’hui, il n’y en a plus. La Bibliothèque est pleine, archipleine, bondée, bourrée jusqu’à refus. » Voyage au cœur de la Bibliothèque, ogre-machine qui tourne à plein régime. 
23/05/2021, 20:41
Les Ensablés ont plusieurs fois évoqué Napoléon pour rappeler que dans sa jeunesse, il avait écrit des nouvelles, et qu’à Sainte-Hélène, il avait retrouvé son désir d’écrire et pu assouvir sa passion pour la lecture. Il faut lire Le Mémorial pour mesurer l’étendue de sa culture littéraire. Il profita de son inactivité pour écrire quelques ouvrages, dont une étude sur « La guerre des Gaules », et une espèce de fiction sur son exil à Sainte-Hélène. Par Hervé Bel
 
09/05/2021, 10:22
« Pas de mystère, pas de souterrain, pas de ténèbres dans cette œuvre ; partout le rayonnement, partout le plein midi », disait Victor Hugo. L’œuvre d’Alexandre Dumas n’intéresse pas l’Histoire de l’art. En 1840 certes, résidant à Florence, il lui fut commandé, pour la somme considérable de dix mille francs, un ouvrage sur la galerie des Offices. La description des trois cent cinquante portraits de peintres qui sont dans ce fameux musée devait former L’histoire biographique et anecdotique de la peinture depuis huit siècles. Par Antoine Cardinale.
25/04/2021, 10:12
Guy Dupré (1925-2018) ne fut un écrivain ni prolixe ni facile. Son œuvre littéraire ne comporte que trois ouvrages, si l’on met de côté des chroniques diverses : Les Fiancées sont Froides (paru en 1953 et salué par Gracq et par Breton), Le Grand Coucher (1981) et Les Mamantes (1986). par Henri-Jean Coudy
04/04/2021, 09:08
« Philosopher n’est pas régner sur les connaissances du reste du genre humain comme un lointain propriétaire terrien sur des domaines qu’il administre nonchalamment et ne visite jamais. » (Revel, La connaissance inutile) Visitons ensemble le domaine de Jean-François Revel. Son nom est familier à ceux qu’intéressent les joutes politiques qui eurent lieu entre les années soixante-dix et le début du vingt et unième siècle. C’est un nom aimé ou détesté selon le bord duquel on considère ces choses. Par Antoine Cardinale.
21/03/2021, 09:00
Autres articles de la rubrique Livres
Ah, les relations familiales : toujours un peu complexes, entre non-dits et choses tues. Par exemple, s’appeler San Goku, découvrir que l’on est un guerrier de l’espace en mesure de se changer en singe géant… eh bien, oui, ce n’est pas évident. Ce qui le devient, en revanche, c’est que le tome 18 de Dragon Ball super, sous-titré Bardack, le père de Goku, a pris la tête du classement cette semaine. D’un poil de queue de primate spatial, mais tout de même.
11/11/2022, 10:42
André Markowicz livre une réflexion historique sur le temps long de la Russie. Il mêle l’histoire au sens classique (les tsars, les guerres, les conquêtes, les régimes politiques) à la littérature, qui exprime à tout moment l’état d’esprit du peuple, de sa situation, fruit de son histoire. Ainsi, certains écrivains tiennent un rôle aussi important que les chefs d’État : Pouchkine, Gogol, Dostoïevski, Tchekhov et quelques autres, Maïakovski, Blok, Mikhaïl Lomonossov. Par Orélien Péréol.
09/11/2022, 16:08
Le grand Blutch est de retour, celui dont les images époustouflent et dont le récit, malgré (ou grâce à) ses mille détours, finit par susciter l’émotion et la sidération. Là où Le petit Christian était un modèle de récit nostalgique en BD, La mer à boire, sorte de confession en images d’un quinqua ébloui par une jeune beauté, sublime la crise de la cinquantaine et la transforme en fantasme inassouvi.
08/11/2022, 12:56
BONNES FEUILLES – 15 récits de l’écrivain de SF Liu Cixin adaptés en BD par des auteurs de tous pays ; 15 voyages quantiques à la croisée de dimensions scientifiques, géopolitiques et humanistes, pour explorer les futurs de l’humanité.
08/11/2022, 12:54
« Je me laisse gagner par la chaleur du soleil sur le visage et, lorsque je rouvre les yeux, quelques taches noires apparaissent dans l’angle de mon œil droit. C’est étonnant puis inquiétant. Je cherche à fixer ce petit archipel qui se déplace à chaque mouvement de l’œil. » Rencontre surprenante avec ces débris qui flottent sur la rétine, le long du canal Saint-Denis. Ce résidu presque imaginé par l’œil, qui subsiste un temps. Métaphore personnelle des souvenirs qui s’effacent…
08/11/2022, 10:33
BONNES FEUILLES – Mission périlleuse pour Bob Morane et ses amis… au temps des dinosaures ! Voici le deuxième tome d’une série, composée de récits complets, totalement respectueuse de l’œuvre de Henri Vernes. Le tout signé Eric Corbeyran, Christophe Bec et Paolo Grella.
07/11/2022, 17:55
Une tronche et un nom de Condottiere, Giuliano Da Empoli est plutôt de ces spin doctors façon Machiavel, modelés par les grandes écoles. Bien né comme son personnage, Vadim Alexeïevitch Baranov, ils regardent tous deux la déraisonnable et flamboyante Russie et son « Tsar », Vladimir Poutine. Après un essai sur les populismes européens, l’ancien conseiller de Matteo Renzi ne quitte pas l’analyse politique, mais passe par la fiction pour rendre compte au mieux du plus historique des dirigeants des années 2000 ; et à travers lui, proposer une réflexion sur le pouvoir sans édulcorant.
07/11/2022, 16:30
Difficult Women est une collection d’histoires courtes qui plongent dans la psyché de femmes imaginées, et pourtant bel et bien inscrites dans le réel. Chaque nouvelle offre un récit unique, peuplé de personnages complexes, avec leurs qualités et leurs défauts. Roxane Gay décortique, dévoile, examine à la loupe l’univers alambiqué et labyrinthique de la féminité et l’existence des femmes dans la société américaine. 
07/11/2022, 12:11
Depuis pas mal de temps déjà, Lucas ne quitte plus la chambre qu’il occupe dans le logement de ses parents et passe le plus clair de son temps à regarder la reproduction du tableau de Bruegel l’Ancien, La danse de la mariée en plein air, et à étudier minutieusement les attitudes des invités que le peintre a représentés. 
07/11/2022, 11:20
D’étranges super humains évoluent parmi la population. Ils peuvent créer du feu, étendre leurs os, ou prendre l’apparence d’un animal. Deux lycéens et amis, Tokio et Azuma, vont se retrouver à prendre part à une lutte qui leur échappe… Le grand Sui Ishida, auteur de Tokyo Ghoul, signe son retour avec un manga qui grouille de mutants en tous genres.
 
07/11/2022, 07:35
Juste après avoir rompu avec Nicola, un jeune amant qui était certainement trop jeune pour elle, Giorgia Canti est contactée par Edda Fraschi, une mère inquiète d’avoir découvert que sa fille Barbara, jusqu’alors brillante, s’était mise à sécher ses cours. Un point culminant dans des changement perçus progressivement jusqu’à ce contact rompu avec sa fille, sans raison identifiée, mais sans pour autant écarter les séquelles de la séparation des parents.
04/11/2022, 17:44
Sur le port de plaisance de Royan, en cette mi-avril lumineuse et pas encore écrasée de soleil, le capitaine Valadon profite de ces rares instants que sa fille Alexandra lui a offerts : elle est venue passer une semaine avec son fils Petit Louis chez ce grand-père aux anges ! Du coup, il avait, lui aussi, pris quelques jours de congés et savourait, après une interminable série de tours de manège (!…), une bière avec sa fille sur une terrasse.
04/11/2022, 17:43
Avec le tome 19 de Mortelle Adèle, intitulé Face de Beurk ! (Bayard Jeunesse) d’Antoine Dole et Diane Le Feyer, et L’arche de Rantanplan, tome 10 des Aventures de Lucky Luke d’après Morris, de Jul et Achdé, le 9e art se porte pour le mieux. Les ouvrages affichent respectivement 33.347 et 32.709 exemplaires achetés cette semaine, les deux albums de bande dessinée se partagent la première et deuxième place du classement des meilleures ventes.
04/11/2022, 12:28
L’ex-inspectrice Tanja Stojkaj s’est exilée en Polynésie française pour protéger sa mère et son fils de la mafia balkanique. Sur un motu de Bora Bora, elle mène une vie paisible jusqu’à la découverte d’un corps près du récif corallien. 
03/11/2022, 17:08
Tout commence par le départ d’Étienne, un matin. Il quitte leur appartement, à la demande d’Izia, qui a besoin d’être seule. Sans une once de regret, elle le voit disparaître ; puis, enfin seule, elle se douche avec un savon sans odeur, enfile son peignoir lavé avec une lessive sans odeur, puis s’allonge sur un lit, lui, chargé d’un parfum si familier. Celui de sa fille, Zoé, renversée par un chauffard — « morte sur le coup », lui a-t-on dit. Comme si ces mots rendaient cette déchirure moins terrible, moins douloureuse.
02/11/2022, 14:42
À la fin d’études universitaires, Kyôko Niré a quitté son village natal où elle avait vécu avec ses parents et cherché un emploi à Tokyo où elle avait fini par s’installer.
02/11/2022, 14:40
Au départ de ce 23e livre, Nathalie Rheims redécouvre, au fond d’une boite, un Polaroid pris par sa sœur Bettina à la fin des années 70. Sur cette photo, on voit Nathalie à l’âge de 18 ans, aux côtés d’un homme plus âgé, aux cheveux noirs et bouclés, qui affiche un large et irrésistible sourire. Il nous semble d’ailleurs reconnaître son visage… 
02/11/2022, 10:41
Après la somme impressionnante du génial Tod le géant s’est fait voler son slip qui comptait plus de mille pages, Alex Chauvel revient avec une histoire épique aussi dense que captivante. 
31/10/2022, 12:46
En 1954, dans une réserve sioux du Dakota du Sud, est née Mary Brave Bird dans la tribu des Brûlés qui est l’une des tribus des Sioux de l’Ouest connue sous le nom de Lakotas. « Cavaliers, pillards féroces et grands guerriers », les Brûlés ont été parqués dans des réserves dans les années 1870-80 après avoir été défaits par les soldats américains.
31/10/2022, 12:13
Natalie Diaz signe un deuxième recueil qui fait de la langue poétique à la fois une balle de pistolet et une caresse langoureuse. Poème d’amour postcolonial dont la traduction française a été publiée le 15 septembre 2022 aux Éditions Globe, a reçu le Prix Pulitzer 2021 de poésie. Une gratification méritée. Cette œuvre appelle à la libération et l’autodétermination et on en ressort grandis. 
31/10/2022, 10:59
Parfois symbole de trahison, mais aussi véritable héroïne féministe, la Malinche est une personnalité controversée de l’Histoire du Mexique. Dans Celle qui parle, l’autrice-dessinatrice Alicia Jaraba Abellán met en lumière la femme derrière la légende. Qui était Malinalli, cette esclave devenue traductrice et conseillère en diplomatie ? A-t-elle réellement trahi les siens ? Ce roman graphique présente, avec délicatesse, un emblème de l’héritage colonial mexicain. 
31/10/2022, 10:36
Bec et ongles, le recueil posthume de Jean-Paul Didierlaurent, l’inoubliable auteur du Liseur du 6h27, paraîtra au Diable vauvert le 1er décembre prochain. Il travaillait sur ce recueil au moment de sa mort, le 5 décembre 2021.
29/10/2022, 09:28
Prendre en photo des fantômes, donner vie à un grille-pain, protéger sa fille du terrorisme des intelligences artificielles… Dans ce recueil, les univers fantasques s’enchaînent et les aventures entrent en résonance. Le duo derrière The Promised Neverland n’a décidément pas fini de nous étonner et de nous émouvoir.
28/10/2022, 17:23
Le roi est mort, vive… la reine. Après 5 semaines en haut du classement, Guillaume Musso cède sa couronne au tome 19 de Mortelle Adèle, intitulé Face de Beurk ! (Bayard Jeunesse). La bande dessinée d’Antoine Dole et Diane Le Feyer compte 34.207 exemplaires vendus pour sa première semaine. Petits lots de consolation pour le romancier antibois, une deuxième place pour la version poche de L’inconnue de la seine (19.012 ex.) et une cinquième pour Angélique (14.943 ex.).
28/10/2022, 12:42
Après être s’être rendu chez une voyante qui lui a prédit les prochains chiffres du tiercé, un jeune garçon joue aux courses pour régler les problèmes familiaux. Contre toute attente, il remporte la mise et, ayant besoin de la signature de son père pour empocher les gains, rentre à la maison. Il alors découvre sa mère gisant au sol, battue à mort, tandis que son père a pris la fuite.
27/10/2022, 16:04
Point de départ : Place Krasucki, 20e arrondissement de Paris. Bienvenue dans la Commune de Belleville, microcosme à l’origine d’une « promenade en binôme dans le quartier, attentive à l’invisible ». Au cœur de ce texte, une série d’instants d’éternité, de fusion avec cet environnement à l’énergie vive. Observations, échanges, rencontres — avec toujours, en filigrane, une menace qui pèse sur la Commune.
27/10/2022, 15:11
Ophélie est une jeune femme discrète, à l’apparence banale, qui est responsable du musée d’Anima. Une chevelure brune qui ne cesse de s’emmêler, des lunettes qui cachent ses yeux et changent de couleurs en fonction de ses émotions, des mains qui ne cessent de casser tous les objets qu’elles tiennent, un corps qui trébuche, se cogne, se blesse à tout va. Or, Ophélie possède de mystérieuses capacités héritées de sa famille : celle de lire les objets qu’elle touche, et celle de voyager d’un miroir à un autre.
27/10/2022, 13:39
Mildred ou le destin exceptionnel d’une résistante américaine dans l’Allemagne nazie, c’est le titre de cette biographie qui sort ce 27 octobre en librairie. Publié par les Éditions Héloïse d’Ormesson, ce livre est le fruit du travail de l’arrière-petite-nièce de Mildred Harnack. 
25/10/2022, 11:35
Quand on sort du schéma dominant de l’hétérosexualité, il est parfois difficile de se retrouver dans les publications qui émanent précisément de ce modèle. La galaxie LGBTQ publie de nombreux ouvrages qui aujourd’hui permettent à tout un chacun d’entrer dans la fiction et dans le processus d’identification sans se sentir mis à l’écart. Finalement, quelque part, tout le monde se sent en réalité différent des autres…ce qui explique le succès de L’Etranger à travers le monde en l’occurrence…
25/10/2022, 09:58
BONNES FEUILLES – Par la magie de l’art, l’amitié improbable entre un vieil acariâtre et une petite fille autiste. Dans les années 60 à Perpignan, l’atelier de céramique de Sant Vicens est un haut lieu de la création artistique. La céramique d’art est en vogue et les plus grands artistes, tels Picasso ou Dali, y viennent pour réaliser leurs œuvres, entretenant dans l’atelier et ses dépendances une atmosphère de fantaisie et de liberté.
24/10/2022, 17:14
BONNES FEUILLES – À l’occasion du centenaire de la mort de Marcel Proust, Les Plaisirs et les Jours en édition reliée. « Les qualités de ce livre délicat, paru en 1896, me paraissent si éclatantes, que je m’étonne qu’on n’en ait pas d’abord été ébloui. » André Gide.
24/10/2022, 17:00
Dans le voisinage, rares sont ceux qui ne connaissent pas les habitudes immuables de Lulu Lamartine à son réveil ponctué de cafés, de pauses, de doughnuts, et, encore, de cafés jusqu’à ce qu’elle soit parfaitement apte à reprendre en main sa tâche de « chef de tribu ».
22/10/2022, 09:28
Roger Raynal, professeur de biologie passionné de Japon, relate dans ce premier roman une histoire d’amour entre une Japonaise et un Français. Une relation faite de découvertes mais aussi de difficultés, qui sont l’objet de réflexions sur l’amour et la vie, émaillées de citations de grands auteurs.
22/10/2022, 09:18
Moscou, octobre 1993. Polina voit sa mère faire les valises. Une seule instruction : choisir avec soin ce qui va les accompagner. À l’époque, la petite fille qu’elle est ne comprend pas tout, en voyant pour la première fois des tanks sur l’écran de la télévision. Suite à la chute de l’URSS, cette famille quitte son pays natal pour la France. Là-bas, ils vont tenter de s’intégrer – mais comment prendre soin de ses racines ?
21/10/2022, 16:48
Peu de changement dans le top dix des meilleures ventes de la semaine. Guillaume Musso est toujours doublement premier de la classe avec la version poche de L’inconnue de la seine, qui s’est écoulée à 19.693 exemplaires, suivie d’Angélique, qui aura séduit 17.858 lecteurs supplémentaires. Pour la quatrième semaine consécutive, les deux titres s’installent donc en tête du classement.
21/10/2022, 11:28
BONNES FEUILLES – Une jeune fille, un devoir, un royaume… Le best-seller de fantasy enfin en poche ! Choisie à la naissance pour inaugurer la nouvelle ère de son royaume, Poppy n’a jamais vraiment été maîtresse de sa vie. 
21/10/2022, 10:59
Top Articles

source

Tout d’abord la page est mise en ligne à des fins d’information du public et en vue d’informer les clients. Par ailleurs elle est régulièrement mise à jour, dans la mesure du possible.
Néanmoins en raison de l’évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle. Nous vous invitons toutefois à nous interroger pour toute question ou problème concernant le thème évoqué au 07 81 19 33 22. Cependant en aucun cas meilleur avocat ne pourra être tenu responsable de l’inexactitude et de l’obsolescence des articles du site.  xtremwebsite cout site internet création site internet  site internet pour avocat  création site vitrine {service} à {ville(Ville)}< /span> meilleur avocat  – avocat de confiance