L'avocat Yves Crespin, défenseur de la cause des enfants, est mort – Marianne

Menu
Mon compte
Connexion

Accueil
Publié le
Imprimer l'article
Partager l'article sur Facebook
Partager l'article sur Twitter
C’était un militant de la cause des enfants : on a appris la mort de l’avocat Yves Crespin, décédé la semaine dernière. Ce pénaliste avait plaidé dans de très nombreux procès, souvent au nom de deux associations, L’Enfant bleu, dont il était administrateur, et la Voix de l’Enfant, pour porter la voix des victimes dans des affaires de maltraitance. Des dossiers qu’il défendait aussi sur les plateaux TV où il était régulièrement invité.
Il ne perdait jamais une occasion de réclamer des réformes politiques pour protéger davantage les mineurs : « Il faut travailler avec tous les acteurs concernés par la protection de l’enfance, avec une volonté politique d’améliorer le système », demandait-il, témoin des dysfonctionnements des services de l’État. La liste des griefs était longue : « Défaut de vigilance, de formation, manque de compétence, de moyens, personnel insuffisant, réaction trop lente ou inappropriée… »
Comme dans l’affaire du petit Bastien, mort après avoir été enfermé par son père dans une machine à laver, en 2011, sans que la violence paternelle n’ait été empêchée par les acteurs sociaux.
Sa dernière grande plaidoirie, délivrée à l’âge de 75 ans, s’était déroulée en février 2022 dans le cadre du procès Nordahl Lelandais, condamné pour l’enlèvement et le meurtre de la petite Maëlys perpétrés en août 2017. « Après 30 ans de militantisme, il est temps pour moi d’arrêter, de quitter le bal des affreux et d’aller faire des pâtés de sable avec mes petits enfants » avait-il alors commenté, la gorge serrée d’émotion, devant les jurés puis les journalistes. Mais une maladie fulgurante lui aura laissé peu de temps pour en profiter.
Par
Reportage
Franc-tireur
Jeunesse
De vague en vague
Gain de cause
Justice
En vous abonnant, vous soutenez le projet de la rédaction de Marianne : un journalisme libre, ni partisan, ni pactisant, toujours engagé ; un journalisme à la fois critique et force de proposition.
Natacha Polony, directrice de la rédaction de Marianne

source

Comments

  • No comments yet.
  • Add a comment