La planète «ne peut se permettre un seul coup de feu», plaide Zelensky à la COP27 – Arabnews fr

Meilleur Avocat
Vous cherchez un avocat

https://arab.news/gv62f
CHARM EL-CHEIKH: La planète « ne peut se permettre un seul coup de feu », a lancé mardi dans un message vidéo à la COP27 le président Ukrainien Volodymyr Zelensky, accusant la Russie d’avoir détourné le monde d' »actions collectives » nécessaires contre le changement climatique.
« Il y en a encore pour qui le changement climatique est juste de la rhétorique, du marketing, mais pas une véritable action. Ce sont ceux-là qui empêchent la mise en oeuvre des objectifs climatiques », a déclaré le président à l’issue de deux journées de sommet à Charm el-Cheikh en Egypte.
« Ce sont ceux qui, dans leurs bureaux, se moquent de ceux qui se battent pour sauver la vie sur la planète, tout en soutenant en public l’action pour la nature ».
« Ce sont ceux qui lancent des guerres d’agression alors que la planète ne peut se permettre un seul coup de feu parce qu’elle a besoin d’une action collective », a insisté le chef de l’Etat ukrainien dans un message prononcé en anglais.
« Il ne peut y avoir de politique climatique efficace sans paix sur la Terre, parce que les nations pensent seulement à se protéger elles-mêmes ici et maintenant des menaces générées en particulier par l’agression russe », a-t-il ajouté, évoquant notamment les crises alimentaire et énergétique liées à cette guerre, doublées d’une relance de certaines centrales à charbon.
« Nous devons stopper ceux, qui par leur guerre illégale, détruisent la capacité du monde à oeuvrer uni pour un objectif commun », a-t-il encore déclaré.
Evoquant notamment la destruction des forêts ukrainiennes depuis l’invasion russe fin février, il a appelé le monde à soutenir la création d’une « plateforme mondiale pour évaluer l’impact des actions militaires sur le climat et l’environnement ». Un sujet qui sera évoqué mercredi lors d’un événement organisé par l’Ukraine à la COP27.
https://arab.news/8r97n
CANBERRA: L’une des oeuvres célèbres « Campbell’s Soup » d’Andy Warhol, exposée en Australie, a été mercredi la cible de manifestantes pro-climat qui ont collé leurs mains sur ses protections transparentes, sans l’endommager, dernier épisode d’une série d’actions similaires visant des oeuvres d’art connues à travers le monde.
Cette action a été menée au sein de la Galerie nationale d’Australie à Canberra par un groupe dénommé « Stop Fossil Fuel Subsidies Australia », qui s’oppose aux subventions des énergies fossiles.
Une vidéo partagée en ligne montre l’une des deux manifestantes recouvrant sa main de colle avant de la plaquer sur la protection de la toile « Campbell’s Soup Cream of Mushroom », acquise par le musée australien en 2006.
Les deux activistes ont également dessiné des graffitis sur les protections des différentes toiles qui composent l’oeuvre, sans les abîmer, a fait savoir la Galerie nationale. Les protections ont été ensuite retirées pour être nettoyées.
Dans un communiqué, le musée rapporte cette « manifestation » soulignant qu’elle est survenue « à la suite d’incidents similaires ici et à l’étranger ».
« La Galerie nationale ne souhaite pas promouvoir ces actions et ne fera plus de commentaires. »
La sérigraphie « Campbell’s Soup » de Warhol, réalisée dans les années 1960, est l’un des symboles les plus reconnaissables du mouvement « pop art » américain.
« Warhol a pris pour thématiques des sujets de tous les jours qui ont eu une résonance en raison de leurs origines familières (…) comme la simple conserve de soupe Campbell », a écrit le musée, dans sa présentation du tableau.
«Danger du capitalisme»
Les militantes de défense du climat ont expliqué avoir choisi la sérigraphie pour souligner le « danger du capitalisme ».
« Andy Warhol a dépeint le consumérisme devenu fou dans sa série emblématique. Et maintenant, le capitalisme est devenu fou », a déclaré la manifestante Bonnie Cassen, dans un communiqué.
« Des familles doivent aujourd’hui choisir entre (acheter) des médicaments ou de la nourriture pour leurs enfants tandis que les compagnies pétrolières enregistrent des bénéfices records. »
Les activistes ont également souligné les échecs du gouvernement de Canberra à mettre fin aux subventions des contribuables au secteur des énergies fossiles.
Une analyse publiée cette année par l’Institut d’Australie, un think tank indépendant, a mis en évidence que le pays a versé plus de 11 milliards de dollars australiens (7,1 milliards d’euros) de subventions aux énergies fossiles en 2021 et 2022.
« Notre gouvernement doit arrêter de subventionner l’industrie des combustibles fossiles », a fustigé Bonnie Cassen.
« Nous n’avons qu’un temps limité. »
« Stop Fossil Fuel Subsidies Australia » explique faire partie d’un « réseau mondial de résistance civile », un groupe informel de militants pour la défense de l’environnement et du climat qui ont fait la Une ces dernières semaines en dégradant les protections d’oeuvres d’art inestimables.
D’autres militants pro-climat ont récemment collé leurs mains sur une peinture de Goya à Madrid, projeté de la soupe à la tomate sur les « Tournesols » de Van Gogh à Londres, et étalé de la purée de pommes de terre sur un chef-d’oeuvre de Claude Monet à Potsdam, près de Berlin.
Si les peintures sont restées indemnes, l’incident des « Tournesols » a entraîné des dégâts légers sur le cadre de la toile de Van Gogh.
En octobre, deux manifestants en Australie avaient également collé leurs mains sur la protection en plexiglas de « Massacre en Corée », réalisé par Picasso et exposé temporairement dans un musée de Melbourne.
https://arab.news/zh6ss
WASHINGTON: Les espoirs républicains d’une « vague » au Congrès américain semblaient s’éloigner mercredi, les démocrates espérant pouvoir limiter la casse lors d’élections de mi-mandat tout aussi décisives pour l’avenir politique de Joe Biden que celui de son rival Donald Trump.
Le démocrate John Fetterman a arraché aux républicains le siège le plus disputé de ce scrutin, le poste de sénateur de Pennsylvanie, face à un candidat adoubé par le milliardaire républicain, selon des projections des médias américains.
Cette première victoire du camp de Joe Biden, dans une soirée extrêmement tendue marquée par un laborieux dépouillement des suffrages, offrait aux démocrates l’espoir de conserver le contrôle du Sénat, chambre où les républicains avaient jusqu’ici un léger avantage dans les sondages.
Incertitude au Congrès
Elle alimentait aussi les spéculations autour de la possibilité que le raz-de-marée conservateur à la Chambre des représentants, promis par Donald Trump, soit en réalité bien plus limité que prévu.
« Il est clair que nous allons reprendre la Chambre des représentants », a affirmé le ténor républicain Kevin McCarthy dans la nuit de mardi à mercredi.
Cette hypothèse reste la plus probable.
Mais le parti, à qui l’on prêtait jusqu’à peu une percée de 10, 25, voire 30 sièges, se voit obligé de revoir ses ambitions à la baisse.
« Ce n’est certainement pas une vague républicaine, ça c’est sûr », a estimé l’influent sénateur Lindsey Graham, un proche de Donald Trump, sur NBC.
L’ancien président s’était jeté à corps perdu dans la campagne pour les élections de mi-mandat, misant sur le succès de ses lieutenants pour se lancer sous les meilleurs auspices dans la course à la présidentielle 2024. Il a promis « une très grande annonce » le 15 novembre.
Aux premières heures mercredi, le milliardaire de 76 ans a de nouveau assuré que les républicains vivaient une « super soirée » électorale, accusant les démocrates et les médias « fake news » de tout faire pour minimiser les succès de ses protégés.
En menant une campagne acharnée sur l’inflation, J.D Vance, l’un des poulains de Donald Trump, a en effet décroché le poste très convoité de sénateur dans l’Ohio — un des bastions industriels et agricoles de l’Amérique.
Le contrôle du Sénat est lui donc désormais suspendu à quatre sièges: l’Arizona, la Géorgie, le Nevada et le Wisconsin. Le comptage de ces voix pourrait nécessiter plusieurs jours.
Sensation DeSantis 
En attendant de voir où basculait le Congrès américain, l’attention se portait aussi sur les élections aux postes de gouverneurs. Et en particulier sur la Floride, où le gouverneur sortant Ron DeSantis a été réélu de manière triomphale.
Etoile montante du camp conservateur, possible prétendant à la Maison Blanche en 2024, il s’est félicité dans un discours offensif d’avoir fait de cet Etat du sud, longtemps considéré comme penchant tantôt à gauche, tantôt à droite, une « terre promise » pour les républicains, où « l’idéologie +woke+ vient mourir ».
« Je ne fais que commencer le combat », a promis le gouverneur âgé de 44 ans.
De quoi titiller son potentiel rival à l’investiture et autre résident de Floride… l’ancien président Donald Trump.
Mais sur ce terrain aussi, le camp démocrate ne restait pas bredouille. Il a arraché aux conservateurs deux postes de gouverneurs aux républicains: dans le Maryland et le Massachusetts.
Le parti du dirigeant démocrate de 79 ans s’est aussi épargné une grosse frayeur en conservant le contrôle de l’Etat de New York, où les républicains croyaient être en mesure de déloger la gouverneure Kathy Hochul.
Le camp de Joe Biden n’avait pas non plus dit son dernier mot dans l’Arizona, où le dénouement de la course entre la trumpiste Kari Lake donnée favorite, et la démocrate Katie Hobbs se faisait attendre.
https://arab.news/br88f
PITTSBURGH: Les démocrates ont remporté mercredi matin un siège potentiellement déterminant pour le contrôle du Sénat, avec la victoire de John Fetterman en Pennsylvanie face à un candidat trumpiste, selon les télévisions américaines Fox News et NBC.
Colosse chauve fragilisé par un AVC subi en mai, John Fetterman affrontait le chirurgien superstar Mehmet Oz dans l’un des duels les plus scrutés des élections de mi-mandat.
« Nous avons parié sur les habitants de Pennsylvanie – et vous ne nous avez pas laissé tomber. Et je ne vous laisserai pas tomber », a immédiatement réagi le démocrate depuis Pittsburgh, remerciant les électeurs.
« Le président (Joe Biden) a envoyé un texto de félicitation » à M. Fetterman, a fait savoir la Maison Blanche.
Vêtu de son inséparable sweat-shirt à capuche, entouré de sa famille sur l’estrade d’une salle de Pittsburgh, John Fetterman s’est réjoui de sa victoire au terme d’une « course pour l’avenir de toutes les populations à travers la Pennsylvanie, pour chaque petite ville, chaque personne qui s’est sentie laissée pour compte, pour chaque emploi perdu ».
« Je suis fier que nous ayons concouru à la protection du droit des femmes à choisir », en allusion au droit à l’avortement qui a été au centre de la campagne de cet Etat pivot de l’est des Etats-Unis.
Longtemps en tête dans les sondages, John Fetterman avait vu son avance fondre ces dernières semaines, jusqu’à ce que la course devienne trop serrée pour désigner un favori.
Sa campagne a été freinée par son AVC et par les interrogations sur ses capacités, surtout après une interview télévisée au cours de laquelle il a eu recours à un téléprompteur pour lire les questions qu’on lui posait en raison de problèmes auditifs.
John Fetterman était face à Mehmet Oz, longtemps à la tête d’une émission médicale très populaire. Les deux hommes se sont beaucoup affrontés au fil des mois à coups de petites phrases assassines et de « mèmes », ces images détournées qui font les délices des réseaux sociaux.
Le siège, jusque-là occupé par un républicain, était décisif pour le contrôle de la chambre haute et donc pour le reste du mandat de Joe Biden.
Natif de Pennsylvanie, John Fetterman a été maire de 2006 à 2019 de Braddock, ancienne ville industrielle tombée dans la décrépitude avec le déclin de la production d’acier, dont il a le code postal tatoué sur le bras.
Ce progressiste au crâne rasé, qui fut qualifié de maire « le plus cool » du pays, a tenté de faire revivre la localité avec des programmes d’aide pour les jeunes et des espaces verts.
Ses opposants l’accusent de se donner des airs d’homme du peuple, lui qui reconnaît avoir grandi dans une famille plutôt aisée et qui a un diplôme de la prestigieuse université Harvard.
Il affirme s’être attaqué à la criminalité pendant ses mandats à Braddock, se flattant que sur une période de cinq ans et demi, pas un décès par balle n’y ait été enregistré.
John Fetterman dit vouloir s’attaquer à l' »avidité » des grandes entreprises et leur faire payer leur « juste part », soutient une couverture santé universelle et la légalisation du cannabis et défend le droit « non négociable » à l’avortement.

source

Tout d’abord la page est mise en ligne à des fins d’information du public et en vue d’informer les clients. Par ailleurs elle est régulièrement mise à jour, dans la mesure du possible.
Néanmoins en raison de l’évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle. Nous vous invitons toutefois à nous interroger pour toute question ou problème concernant le thème évoqué au 07 81 19 33 22. Cependant en aucun cas meilleur avocat ne pourra être tenu responsable de l’inexactitude et de l’obsolescence des articles du site.  xtremwebsite cout site internet création site internet  site internet pour avocat  création site vitrine {service} à {ville(Ville)}< /span> meilleur avocat  – avocat de confiance