ENTRETIEN. Affaire Morgan Keane : " Le tireur doit être condamné à la hauteur du drame ", souhaite Willy Schra – LaDepeche.fr

Meilleur Avocat
Vous cherchez un avocat

l’essentiel À quatre jours du procès du tireur dans l'affaire Morgan Keane, à Cahors, Willy Schraen, le président de la Fédération nationale de la chasse prend la parole et condamne "un acte inadmissible". 
La Fédération départementale de chasse du Lot s'est constituée partie civile dans cette affaire. Qu'en pensez-vous ?
Je présente d'abord mes condoléances à la famille. Je comprends leur histoire et leur colère. Qu'elle sache qu'on fait le maximum de notre côté et je me bats tous les jours pour éviter les accidents. En ce qui concerne la Fédération de chasse du Lot, j'estime qu'il est tout à fait justifié qu'elle se soit constituée partie civile. Si toutes les règles édictées par les chasseurs depuis des années sont correctement respectées, il ne devrait pas y avoir d'accident. Dans le cas de l'affaire Morgan Keane, une personne a commis l'irréparable, c'est-à-dire tirer sans avoir identifié son gibier. C'est un accident qui pour nous est dramatique. Il remet en cause toutes nos années de travail, c'est inadmissible et ça abîme énormément la chasse qui se bat et fait des efforts énormes pour réduire les accidents.
A lire aussi : Procès Morgan Keane : "Toutes les activités humaines comportent des risques", explique la fédération de chasse du Lot
Est-ce que la Fédération nationale de chasse doit prendre sa part de responsabilité dans cette affaire ?
Je ne suis pas à la place du tireur. Comment voulez-vous que je puisse porter une forme de responsabilité ? L'erreur humaine existe dans tous les domaines, je ne peux pas porter cette responsabilité. Une personne a été tuée par la négligence.  Ce qui me met en colère c'est le non-respect des règles élémentaires, je souhaite que le jugement soit exemplaire, le tireur doit être condamné à la hauteur du drame occasionné.
" Quand je lis que l'avocat des parties civiles veut créer un crime de chasse, c'est un non-sens. Autant créer aussi un crime de voiture ou que sais-je encore, un crime de vélo".
Quelles sont les leçons à tirer de ce drame ?
Nous avons pris le sujet à bras-le-corps sans pour autant décider de mesures supplémentaires car nous continuons le travail que nous menons. Nous avons réussi à diviser par quatre le nombre d'accidents liés à la chasse dans un contexte où la population grand gibier a été multipliée par cinq. Nous avons décidé de mettre en place la formation décennale pour remettre à niveau les chasseurs et les recadrer tous les dix ans. Encore une fois, c'est de notre propre initiative, même les pouvoirs publics n'y avaient pas pensé. D'ailleurs, en termes de sécurité routière ça ne se fait pas. On a voulu aller plus loin de notre propre chef. 
A lire aussi : Mort de Morgan Keane : "Il était techniquement interdit de tirer", dénonce l'avocat du frère de la victime
Vous avez expliqué lors d'une audition au sénat dans le cadre de la mission de contrôle sur la sécurisation de la chasse « Quand on accumule les fautes comme dans le cas de la mort de Monsieur Keane, ce n’est plus un accident. Autant de bêtises accumulées, c’est un meurtre ! » Vous n'êtes pas d'accord avec le terme accident ?
On peut toujours considérer que c'est un accident. C'est même un homicide involontaire, il n'y a pas de préméditation. Mais quand je lis que l'avocat des parties civiles veut créer un crime de chasse, c'est un non-sens. Autant créer aussi un crime de voiture ou que sais-je encore, un crime de vélo.
"Une personne qui a une arme dans les mains doit pouvoir être contrôlée à l'alcoolémie. Sur la route, plus d'un tiers des accidents est lié à l'alcool".
A lire aussi : Procès Morgan Keane dans le Lot : " Il est très clair qu'il s'agit d'un accident " maintient l'avocate du tireur
Le gouvernement envisage la création d’un délit d’alcoolémie, la généralisation de l’interdiction du tir quand la proie se trouve dans un angle de 30 degrés et un moment, peut-être pendant le week-end, où la chasse serait interdite. Êtes-vous favorable à ces mesures ?
Avec les deux premières, oui. Une personne qui a une arme dans les mains doit pouvoir être contrôlée à l'alcoolémie. Sur la route, plus d'un tiers des accidents est lié à l'alcool. Chez nous, c'est seulement 5%. Les chasseurs ont tout à fait conscience qu'on ne boit pas quand on chasse. L'angle de 30°C ok, à condition que ce soit raisonnable. Certaines zones ne sont pas adaptées comme la montagne où planter des piquets pour baliser peut-être compliqué. Chez nous, c'est une règle d'or : quand l'angle du tir n'est pas respecté, c'est exclusion du chasseur. Maintenant, concernant le partage de la nature, je dis attention : une partie du territoire de chasse est privée, l'autre public. Les forêts domaniales d'Etat sont déjà totalement partagées. Mais en ce qui concerne l'espace privé, on doit pouvoir avoir le droit de chasser chez soi. Il ne faut pas stigmatiser les Français entre eux et ne pas nourrir une haine viscérale avec 85% du territoire qui se fermerait à toute intrusion.
A lire aussi : Lot : les amies de Morgan Keane publient leur livre "Chasser tue aussi des humains"
En juin 2022 vous avez lancé une pétition sur le site du Sénat pour " la fin de la réduction fiscale des dons aux associations qui utilisent des moyens illégaux contre des activités légales". C'est une façon de contre-attaquer face au collectif un Jour un chasseur qui demander à la Cour des comptes d'enquêter sur le financement de la chasse ?
Le collectif un jour un chasseur fait ce qu'il veut et nous aussi. On constate qu'il y a, en France, des repentis d'associations nationales, qui commencent à parler publiquement car ils se rendent compte qu'il y a un endoctrinement assez fort. Via des groupuscules, ces associations déstabilisent l'opinion publique avec des mensonges et des montages. Leur but est de stigmatiser la chasse. Des enquêtes sont en cours. 
 
194400 €
Idéalement placé, tous les commerces à pied.Cet appartement restauré avec g[…]
185500 €
A 20 minutes de Cahors, maison en pierre avec garage en partie aménagé et p[…]
135000 €
Cahors, centre-ville, au 3ème et dernier étage d'une petite copropriété, ap[…]
J’ai déjà un compte
Je n’ai pas de compte
Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

source

Tout d’abord la page est mise en ligne à des fins d’information du public et en vue d’informer les clients. Par ailleurs elle est régulièrement mise à jour, dans la mesure du possible.
Néanmoins en raison de l’évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle. Nous vous invitons toutefois à nous interroger pour toute question ou problème concernant le thème évoqué au 07 81 19 33 22. Cependant en aucun cas meilleur avocat ne pourra être tenu responsable de l’inexactitude et de l’obsolescence des articles du site.  xtremwebsite cout site internet création site internet  site internet pour avocat  création site vitrine {service} à {ville(Ville)}< /span> meilleur avocat  – avocat de confiance