Directives anticipées – Peut-on exiger le maintien en vie ? – UFC Que Choisir

Meilleur Avocat
Vous cherchez un avocat

UFC-QUE CHOISIR – 1RE ASSOCIATION DE CONSOMMATEURS DE FRANCE
Ex. : comparateur mutuellemutuelle pour les retraitéscrème solaireépilation
Découvrir les contenus High-Tech
Découvrir les contenus Électroménager
Découvrir les contenus Maison
Découvrir les contenus Auto
Découvrir les contenus Santé Bien-être
Découvrir les contenus Argent Assurance
Découvrir les contenus Alimentation
Actualité
Si l’on a émis le souhait d’être maintenu artificiellement en vie, y compris en cas de coma irréversible, les médecins ont la possibilité de passer outre. Explications.
L’équipe médicale d’un hôpital peut-elle arrêter les traitements destinés à prolonger la vie d’un patient en état de coma irréversible même si cette décision entre en contradiction avec les directives anticipées rédigées par cette personne ? C’est la question qui se pose dans une affaire inédite sur laquelle le Conseil constitutionnel s’est prononcé le 10 novembre.
Dans le texte destiné à faire connaître ses choix en matière de soins médicaux dans l’hypothèse où il ne serait plus capable de s’exprimer, monsieur M. avait formulé le souhait qu’on continue à le maintenir en vie même artificiellement pour le cas où il aurait perdu définitivement conscience. Quelque temps plus tard, victime d’un grave accident, il se trouve précisément dans cette situation et les médecins du centre hospitalier de Valenciennes (59) décident l’arrêt des traitements. Sa famille saisit la justice administrative pour que soient respectés les termes de ses directives anticipées. Or l’article 1111-11 du Code de la santé publique prévoit que ces dernières s’imposent au médecin sauf lorsqu’elles « apparaissent manifestement inappropriées ou non conformes à la situation médicale ».
Jugeant que cette exception n’est pas conforme à la Constitution, la famille demande au Conseil constitutionnel de se prononcer dans le cadre d’une question prioritaire de constitutionnalité. À l’audience, son avocat a plaidé que cette disposition entrait en contradiction avec des principes fondamentaux tels que la liberté de conscience, la liberté personnelle et la sauvegarde de la dignité. Pour l’avocat de l’Union nationale des associations de familles de traumatisés crâniens et cérébrolésés, cette exception comporte un risque d’arbitraire, en l’absence de définition précise de ce que seraient des directives manifestement inappropriées.
De son côté, l’avocate de l’hôpital a rappelé que, selon la loi, les traitements « ne doivent pas être mis en œuvre ou poursuivis lorsqu’ils résultent d’une obstination déraisonnable » (naguère appelée « acharnement thérapeutique »). Au passage, elle a aussi souligné que, toujours selon le Code de la santé publique, « les droits reconnus aux usagers s’accompagnent des responsabilités de nature à garantir la pérennité du système de santé », évoquant le poids que ferait peser sur ce système, déjà fragilisé, la multiplication de maintiens en vie artificiels pendant des durées potentiellement très longues.  
Aux termes de la décision du Conseil constitutionnel, la loi n’est ni imprécise ni ambiguë. Par ailleurs, la décision des médecins ne peut être prise qu’à l’issue d’une procédure collégiale destinée à l’éclairer. Elle est inscrite au dossier médical et portée à la connaissance de la personne de confiance désignée par le patient ou, à défaut, de sa famille ou de ses proches. Ceux-ci peuvent, le cas échéant, contester cette décision devant le juge pour obtenir sa suspension éventuelle. Le Conseil a donc jugé que ces dispositions ne méconnaissent aucun droit ou liberté garanti par la Constitution.

Fabienne Maleysson

Association indépendante de l’État, des syndicats, des producteurs et des distributeurs depuis 1951
Déjà + de 600 000 inscrits !
Actus, tests, enquêtes réalisés par des experts

Erreur
Adresse email
Mot de passe
Comment retrouver votre numéro d’abonné ?
Votre numéro d’abonné se trouve sur le film transparent d’expédition de votre mensuel et dans nos courriers.

source

Tout d’abord la page est mise en ligne à des fins d’information du public et en vue d’informer les clients. Par ailleurs elle est régulièrement mise à jour, dans la mesure du possible.
Néanmoins en raison de l’évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle. Nous vous invitons toutefois à nous interroger pour toute question ou problème concernant le thème évoqué au 07 81 19 33 22. Cependant en aucun cas meilleur avocat ne pourra être tenu responsable de l’inexactitude et de l’obsolescence des articles du site.  xtremwebsite cout site internet création site internet  site internet pour avocat  création site vitrine {service} à {ville(Ville)}< /span> meilleur avocat  – avocat de confiance