Contre-pouvoir ou abus de pouvoir ? Ce que l’on ne dit pas sur l’affaire Cayeux – Le Point

Meilleur Avocat
Vous cherchez un avocat

Boutique le Point
Evenements
Jeux concours
Partenaires
LES CARNETS DU DIMANCHE. En accusant la ministre d’avoir sous-évalué ses biens immobiliers, la HATVP l’a clouée au pilori. Était-ce si juste que ça ?
Temps de lecture : 8 min
L’affaire Cayeux, quoi qu’elle cache, ne doit pas en rester là. De deux choses l’une : soit la ministre a fauté en établissant une déclaration de patrimoine mensongère, et cette infraction doit être caractérisée puis sanctionnée ; soit elle n’a commis aucune fraude et il ne faudra pas se contenter d’une décision de justice classant le dossier. Dans ce cas, c’est à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) qu’il faudra demander des comptes. À ce stade, et à lire les argumentaires des deux parties – le communiqué accusateur et celui des avocats de Mme Cayeux –, le moins que l’on puisse dire est que le doute est permis. En bonne logique, il aurait dû profiter à la personne mise en cause. Ce n’est pas ce qui s’est passé.
De fait, la ci-devant ministre déléguée aux Col…
Il vous reste 93 % de l’article à lire
Cet article est réservé aux abonnés
Je m’identifie
Je m’abonne
Offres exclusives: -50% la première année
Consultez notre dossier : Les carnets du dimanche de Hervé Gattegno
Newsletter débats et opinions
Pour comprendre les vrais enjeux du monde d’aujourd’hui et de notre société, recevez chaque vendredi, notre sélection d’articles tirée de notre rubrique Débats

Newsletter débats et opinions

Vous pouvez consulter notre Politique de protection des données personnelles.
La rédaction du Point vous conseille
ou
Offres exclusives: -50% la première année
Signaler un contenu abusif
Merci de renseigner la raison de votre alerte.
Ce champ est obligatoire
Ce champ est obligatoire
Code erroné
Un avis, un commentaire ?
Ce service est réservé aux abonnés
Voir les conditions d’utilisation
Vous devez renseigner un pseudo avant de pouvoir commenter un article.

Pour faire de la politique, il faut être pauvre, et si en plus vous avez des propos maladroits, la
communauté et le looby gay vous le fera payer cher.
Il y a vraiment quelque chose de pourri au royaume de X !
On va attendre les résultats des investigations.

Mais, si la HATVP s’est trompée,
elle aura inutilement sali la réputation de Mme Cayeux.

Et il est temps que nos fonctionnaires prennent leur responsabilités,
si ils se sont trompés, il faudra qu’ils en répondent individuellement.

Car là, on a une certaine odeur de règlement de compte politique plutôt pénible.

Vous accusez ?
OK.
Mais si vous avez inutilement sali, vous en répondrez.
L’info en continu
En kiosque
Quand la Chine s'éveille
Consultez les articles de la rubrique Débats, suivez les informations en temps réel et accédez à nos analyses de l’actualité.
Les secrets de l’Égypte ancienne
Cocaïne : l’Europe submergée
Les guerres de l’énergie

Expérience Le Point
La boutique
Abonnements
Applications mobiles
Nos partenaires
Nous sommes OJD
Les forums du Point

FAQ
Politique de protection des données à caractère personnel
Gérer mes cookies
Crédit d’impôt
Cours de langues
Bons d’achat
Comparateur PER
Portail de la transparence
Tutoriel vidéo
Publicité
Nous contacter
Plan du site
Mentions légales
CGU
CGV
Conditions générales d’un compte client
Charte de modération
Archives

* Champs obligatoires
Avec un compte LePoint.fr :

Créez un compte afin d’accéder à la version numérique du magazine et à l’intégralité des contenus du Point inclus dans votre offre.

Pour ce faire, renseignez
votre numéro d’abonné dans les paramètres de création de compte.
Vous avez un compte Facebook ?
Connectez-vous plus rapidement
Vous avez un compte Facebook ?
Créez votre compte plus rapidement
Veuillez saisir l’adresse mail qui a servi à créer votre compte LePoint.fr
Cet article a été ajouté dans vos favoris.
Pour soutenir Le Point acceptez la publicité personnalisée.
Déja abonné ? Je m’identifie

source

Tout d’abord la page est mise en ligne à des fins d’information du public et en vue d’informer les clients. Par ailleurs elle est régulièrement mise à jour, dans la mesure du possible.
Néanmoins en raison de l’évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle. Nous vous invitons toutefois à nous interroger pour toute question ou problème concernant le thème évoqué au 07 81 19 33 22. Cependant en aucun cas meilleur avocat ne pourra être tenu responsable de l’inexactitude et de l’obsolescence des articles du site.  xtremwebsite cout site internet création site internet  site internet pour avocat  création site vitrine {service} à {ville(Ville)}< /span> meilleur avocat  – avocat de confiance