Conjoints de fait : des avocats réclament des changements à la loi – Radio-Canada.ca

Meilleur Avocat
Vous cherchez un avocat

Nous utilisons les témoins de navigation (cookies) afin d'opérer et d’améliorer nos services ainsi qu'à des fins publicitaires. Le respect de votre vie privée est important pour nous. Si vous n'êtes pas à l'aise avec l'utilisation de ces informations, veuillez revoir vos paramètres avant de poursuivre votre visite.Gérer vos témoins de navigationEn savoir plus
Vous naviguez sur le site de Radio-Canada

Des avocats de l’Ontario tentent de faire modifier la loi pour que les conjoints de fait aient les mêmes droits que les couples mariés en cas de séparation.
Photo : iStock
Des avocats réclament des changements à la loi provinciale afin que les conjoints de fait aient les mêmes droits que les couples mariés lors d'une séparation. Certaines provinces canadiennes, dont la Colombie-Britannique, ont déjà modifié leurs lois dans les dernières années afin de faciliter le processus pour ces couples.
La Loi sur le droit de la famille de la province stipule que toute propriété acquise par un couple pendant le mariage, à l’exception de certains cas, doit être répartie de façon égale lors du divorce. Cependant, cette loi ne s’applique pas aux conjoints de fait.
Ceux et celles qui vivent en union de fait s'engagent souvent dans un processus long et coûteux au tribunal pour séparer leurs propriétés et actifs.
« Le processus est simple pour le divorce, il faut tout simplement diviser la propriété, mais pour les couples en union de fait, c’est une bataille de deux ou trois jours devant les tribunaux, et un processus long et désagréable pour le couple. »
Ken Nathens, avocat en droit de la famille, explique que l’écart entre les droits d’un couple marié et ceux des conjoints de fait est un enjeu important et que la province doit modifier ses lois pour faciliter le processus pour un couple en union libre qui se sépare.
Selon Me Nathens, si l’un des conjoints non mariés est propriétaire unique d’une maison, son ou sa partenaire doit prouver sa contribution financière au remboursement de l'hypothèque, ce qui peut mener à un processus de litige très compliqué.
En 2011, le gouvernement Wynne avait modifié les lois de la province afin que les couples en processus de séparation aient accès à une séance de médiation pour comprendre leurs options.
Russell Alexander, avocat en droit de la famille et fondateur du cabinet Russell Alexander Collaborative Family Lawyers, estime que lors d'une séparation, les conjoints de fait devraient avoir les mêmes droits que les couples mariés.
La Loi sur le droit de la famille stipule que les couples mariés divisent la propriété de façon égale lors du divorce, mais cette loi ne s’applique pas aux conjoints de fait qui sont en cours de séparation.
Photo : iStock
Malgré le fait que les tribunaux peuvent faciliter la tâche de diviser la propriété entre ex-conjoints, Me Alexander estime que les dispositions de la loi doivent être plus claires.
Selon les plus récentes données du recensement, 23 % des couples canadiens vivent union libre, une proportion qui figure parmi les plus élevées des pays du G7.
Nous avons un système arbitraire en Ontario, explique Emma Katz, avocate au cabinet Kelly D. Jordan Family Law.
Certaines personnes sont en couple depuis plus de 30 ans et ne sont pas mariées. Elles n’ont pas les mêmes droits que les conjoints mariés qui divorcent. Il est temps que nous ayons des discussions claires sur la répartition des actifs entre conjoints de fait.
Denise Whitehead, de la chaire d'études sur la sexualité, le mariage et la famille à l’Université de Waterloo, croit que la province devrait uniformiser le droit de la famille, pour simplifier le processus de séparation et s'assurer que tous comprennent leurs droits et obligations.
CBC a contacté le bureau du procureur général Doug Downey. Son attachée de presse, Natasha Krstajic, a répondu par une déclaration expliquant comment les dispositions sur la propriété de la loi actuelle ne s'appliquent qu'aux conjoints mariés.
Ceci démontre que les unions de fait varient énormément et les circonstances entourant ces relations sont très différentes, a-t-elle affirmé.
Elle a ajouté que des réformes ont été adoptées en 2020 pour rendre plus facile, plus rapide et plus abordable pour les individus et les familles la résolution des problèmes juridiques familiaux. Par contre, ces dernières ne s'appliquent pas aux droits des conjoints de fait en ce qui a trait à l'immobilier.
Avec les informations de CBC
Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !
ImportantAfin de favoriser des discussions riches, respectueuses et constructives, chaque commentaire soumis sur les tribunes de Radio-Canada.ca sera dorénavant signé des nom(s) et prénom(s) de son auteur (à l’exception de la zone Jeunesse). Le nom d’utilisateur (pseudonyme) ne sera plus affiché.
En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio-Canada a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit.
Vous avez repéré une coquille?
Vous êtes témoin d’un événement?
Vous avez des questions sur notre travail?
Des règlements obligent notamment les entreprises à fournir une échelle salariale dans les offres d’emploi.
Le « recours préventif à la clause dérogatoire » est « malvenu et inapproprié », précise le communiqué.
Les écoles du TDSB, le plus gros conseil de la province, seront fermées pour la durée de la grève.
Une souche virulente de la grippe et une résurgence des maladies virales infantiles s'ajoutent à la COVID.
Selon le syndicat, le gouvernement Ford a rejeté sa dernière contre-proposition présentée mardi soir.
Ils ont besoin des 2,4 M$ pour les recherches dans les archives et sur les terrains de l'ancien Mohawk Institute.
Les personnes incarcérées peuvent encore être réduites à l'esclavage « comme punition pour un crime ».
Le gouvernement ontarien a inclus la disposition dans une loi spéciale pour imposer une convention collective.
QS demande à Québec de ne pas contester la décision qui interdit à la police d'intercepter sans motif valable.
L’enquêteur correctionnel publie son rapport annuel où il dénonce l'inertie d'Ottawa envers les Autochtones.
Il formule 18 recommandations au Service correctionnel, notamment pour lutter contre le racisme systémique.
Ce recours controversé a déjà été sollicité par plusieurs provinces, avec des fortunes diverses.

source

Tout d’abord la page est mise en ligne à des fins d’information du public et en vue d’informer les clients. Par ailleurs elle est régulièrement mise à jour, dans la mesure du possible.
Néanmoins en raison de l’évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle. Nous vous invitons toutefois à nous interroger pour toute question ou problème concernant le thème évoqué au 07 81 19 33 22. Cependant en aucun cas meilleur avocat ne pourra être tenu responsable de l’inexactitude et de l’obsolescence des articles du site.  xtremwebsite cout site internet création site internet  site internet pour avocat  création site vitrine {service} à {ville(Ville)}< /span> meilleur avocat  – avocat de confiance